Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 21:05

Damien Guiguet s'exprime une fois de plus, dans le DL du 23 février, sur le rapprochement de communes de Meylan, La Tronche et Corenc.

Le site Place Gre'Net avait aussi largement été sollicité pour cette promotion, que Damien Guiguet relaie très largement sur page Facebook.

Tout ça au motif annoncé de la volonté de refuser l'immobilisme et de promouvoir "l'élitisme pour tous" – rien de moins.

Que faut-il en croire ?

Faite publiquement le 16 janvier lors des vœux, cette annonce a surpris tous les présents, sauf un : le maire de Corenc qui faisait savoir dès le lendemain son accord enthousiaste à cette proposition.

Le maire de La Tronche n'avait même pas bénéficié du minimum de courtoisie d'un entretien ou d'une information préalable.

Bertrand Spindler, maire de La Tronche déclarait au DL du 19 janvier :

« Mettre l’idée d’une fusion sur la place publique sans être informé au préalable, je trouve que la méthode est contradictoire avec l’idée. Pour tuer le projet, c’est la meilleure façon de s’y prendre. »

Peut-on réellement croire à une volonté sincère de "promouvoir l'élitisme pour tous" et du "refus de l'immobilisme" hors du minimum de respect et de courtoisie ?

Une période électorale intense

Le maire UDI de Corenc, président du groupe d'opposition de droite à la Métropole, est candidat déclaré aux législatives de 2017, en recherche permanente d'accroissement de son influence personnelle.

Le maire UDI de Meylan, ancien directeur général des services de Corenc, se fait accompagner du maire de Corenc à la moindre occasion de vanter ses mérites en public. Fervent admirateur du sénateur Cabanel dont il fut directeur de cabinet … il nourrit en secret le projet d'être en position d'éligibilité aux sénatoriales de 2017.

L'un et l'autre usent et abusent de cette proposition pour se montrer au cours de cette période électorale.

Une certitude et une forte présomption qui conduisent logiquement à penser à un accord du genre "Je t'aide à devenir député, tu m'aides à devenir sénateur."

Une "majorité" meylanaise divisée

Nul besoin d'être devin pour déceler des marques de divisions importantes dans la majorité municipale.

Manifestement la décision de ne pas vendre la parcelle de la crèche des Buclos est loin d'avoir fait l'unanimité dans la majorité.

De plus, le maire relaie le 20 février, sur Facebook, la promotion d'un groupe initié par son conseiller Carlassare au motif de "défense du cadre de vie des Meylanais" et, dans le DL du 23 février, lance à l'adresse de son conseiller Drillat : "« Il y a de jeunes élus déjà bien vieux dans leur tête …" lequel Drillat n'est rien d'autre que le délégué LR38 de la circonscription.

Tout laisse à penser que LR38, sous la houlette du premier adjoint Peyrin, doit s'inquiéter de voir que le territoire lui échappe au profit de l'UDI.

En conclusion … provisoire

La gauche n'a pas attendu l'éclair de génie que croit détenir Guiguet pour avancer des actes de coopération concrète entre les trois communes et au-delà ; la Maison des Initiatives et de l'Emploi fut sans doute, au cours du mandat Boucherle, le plus emblématique, structure à laquelle MC Tardy a mis fin sans que l'adjoint de l'époque, Guiguet, trouve à redire.

Autant la fusion de communes se justifie dans le cas de petites communes isolées ou dans des intercommunalités peu intégrées, autant dans le cas d'une forte intégration comme celle de la Métropole, la proposition de fusion directe est un non-sens.

La Métropole est déjà un lieu d'élaboration de possibilités d'actions auxquelles peuvent se regrouper plusieurs communes sans qu'elles aient à fusionner.

En fait, il s'agit de créer un pôle en opposition à la gestion actuelle de la Métropole et donc une opération purement politicienne pour redonner du poids au maire de Corenc, ou à celui de Meylan qui en a bien besoin dans sa propre équipe, et préparer des carrières à venir (ou pas).

C'est avec des sujets concrets par une réelle volonté de travailler ensemble dans le respect de chacun que l'avancée est possible, bien plus que par des envolées non dénuées d'arrière-pensées de tactique électorale.

Partager cet article

Repost0

commentaires