Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 11:09

MM Guiguet et Mermillod-Blandin : amis, complices ou comparses ?

M. Guiguet – UDI - ne manque jamais une occasion de mettre M. Mermillod-Blandin – UDI - en avant.

C'est vrai qu'avant d'être maire de Meylan – un peu par surprise – il avait été le directeur des services de la commune de Corenc dont le maire est M. Mermillod-Blandin.

Le 16 janvier l'occasion des "vœux aux forces vives", M. Guiguet lançait la proposition de rapprochement, voire de fusion, entre les communes de Meylan, Corenc et La Tronche.
Cette proposition fut une surprise pour tous, sauf peut-être pour M. Mermillod-Blandin, invité, avec qui le sujet avait été évoqué préalablement.
M. Spindler, maire de La Tronche invité également, qui a sans doute le tort d'être PS, n'avait pas bénéficié, comme le maire de Corenc, de la courtoisie d'avoir préalablement connaissance de cette idée et l'a découverte en réunion publique, M. Guiguet développant en termes emphatiques mais bien vagues tous les bienfaits de sa proposition.

Le 21 janvier, à l'occasion des vœux auprès des personnes âgées à l'Hexagone, M. Guiguet arrivait sur scène, flanqué de M. Mermillod-Blandin au motif de montrer au public la convergence de vues sur ce projet de rapprochement des communes.

Cette idée de rapprochement mérite à elle seule une analyse détaillée que nous ne faisons pas sans avoir plus d'éléments.

Pour autant, on ne compte plus les présences de M. Mermillod-Blandin aux manifestations d'associations meylanaises. D'aucuns se demandent ce qui justifie une telle attention aux Meylanais.

  • Sans doute que la candidature de M. Mermillod-Blandin aux législatives y est pour quelque chose, se montrer ne peut que lui servir.
  • Par ailleurs, même si aucune déclaration n'a été faite publiquement, le maire de Meylan ne doit pas être complètement dégagé du projet de sa candidature aux sénatoriales de l'automne 2017.
    L'appui du maire de Corenc, également président du groupe de l'opposition de droite à la Métro ne peut qu'encourager son espérance.
  • Enfin, pour le cas où cette fusion de communes pourrait se faire, M. Mermillot-Blandin aurait là l'occasion de se porter candidat à la tête de cette nouvelle entité, au périmètre moins restreint que celui de Corenc et plus en accord avec ses larges ambitions.

Derrière des propositions, d'apparence ouvertes et généreuses, se cachent des raisons convergentes de calculs électoraux : les législatives pour le maire de Corenc, les sénatoriales pour le maire de Meylan.

C'est l'intérêt électoral de chacun qui paraît être le premier des intérêts communs aux maires de ces deux communes.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires